Page images
PDF
EPUB

mulgation de la loi de 1883. Cependant cette réforme, d'une manière générale, a été accomplie et aujourd'hui toutes les places, à l'exception des plus importantes, sont occupées par des personnes ayant subi les examens organisés par la commission des services civils. Ces examens sont entièrement sous forme de concours et les candidats admis ont, à partir de leur désignation, la possession permanente de leurs emplois et ils ne peuvent être destitués que pour cause de mauvaise conduite ou d'incompétence.

5° Le bureau de l’Imprimerie du Gouvernement est analogue à l'Imprimerie nationale de France, avec cette différence que tout ce qui s'imprime pour le compte du gouvernement s'imprime là. Le gouvernement a précédemment adopté un grand nombre de pratiques au sujet des méthodes à suivre pour faire imprimer les débats du Congrès et les rapports des divers départements. Cependant la pratique qui consiste à confier l'exécution de ce travail à l'entreprise privées, aboutit à tant de scandales et à tant de fraudes, que le remède fut, à la fin, cherché dans l'établissement d'une imprimerie publique. On peut se demander si ce travail est maintenant aussi économiquement exécuté qu'il pouvait l'ètre par des établissements privés, mais il est certain que les maux qui déshonoraient le premier régime ont maintenant disparu.

6° Le Muséum National, l'Institut Smithson et le Bureau d'ethnologie sont des institutions distinctes, quoique étroitement unies au point de vue administratif. En 1829, l'Anglais James Smithson légua la totalité de ses biens, c'est-à-dire plus d'un demi-million de dollars « aux Etats-Unis d'Amérique pour fonder à Washington, sous le nom d'Instit Smithson, un établissement dont le but serait l'accroissement et la diffusion de la science par mi les hommes ». A la suite de retards dans la liquidation de la succession, le legs ne fut réalisé qu'en 1838 et ce ne fut qu'en 1846 que l'Instit Smithson actuel fut créée par le Congrès. L'Institut Smithson, quoique étant à l'origine un Muséum, est beaucoup plus que ce que l'on désigne habituellement sous ce nom. C'est une institution dont le but est de se livrer à d'actives recherches dans tout le vaste champ des connaissances humaines et ses publications sur des matières scientifiques surpassent en valeur celles émanant de n'im

porte quelle autre source dans les Etats de l'Union. Cette Institution a recueilli d'autres libéralités et, maintenant, ses dotations s'élèvent presque, sinon tout à fait, à un million de dollars. Elle est installée dans un magnifique édifice à Washington.

Le Muséum National, qui est placé dans une belle construction tout près de l'Institution Smithsonienne, fut fondé par le Congrès pour être un lieu de dépôt pour « tous les objets d'art et pour toutes les curiosités des pays étrangers. ainsi que pour tous les objets d'histoire naturelle, tels que plantes, spécimens minéralogiques et géologiques appartenant aux Etats-Unis ». Le noyau de la collection consiste en articles rapportés des diverses explorations organisées par le gouvernement. Ce Muséum est administré par l'Institut Smithson, et pendant un grand nombre d'années il fut entretenu entièrement sur les fonds légués par Smithson. Aujourd'hui, ecpendant, il tire ses ressources d'une subvention régulière du Congrès.

Le Bureau d'ethnologie fut créé en 1879 dans le but de faire des études sur l'anthropologie de l'Amérique du Nord et il fut placé sous le contrôle de l'Institut Smithson. Depuis sa fondation, des investigations systématiques ont été faites sur les meurs et la langue des tribus indiennes des Etats-Unis, et c'est ainsi que ce bureau contribue à perpétuer le souvenir de ces races intéressantes qui, en ce moment, sont sur le point de disparaître ou de modifier leur caractère national. On verra que, d'une certaine façon, l'Institution Smithsonienne est devenue le centre de presque toute l'activité scientifique du gouvernement. Ainsi lorsqu'en 1890, il fut fondé un parc zoologique national et, en 1891, un laboratoire physico-astronomique à Washington, ils furent placés sous le contrôle de cet Institut.

7° La Bibliothèque du Congrès ou Bibliothèque Nationale, comme on la nomme ordinairement, fut fondée en 1800. Elle eut son origine dans les besoins du Congrès et dans les demandes qu'il fit pour avoir des livres et des renseignements. De Bibliothèque du Congrès qu'elle était tout d'abord, elle est aujourd'hui devenue Bibliothèque Nationale, sa collection de livres surpassant en valeur celle de n'importe quelle autre

Bibliothèque des Etats-Unis. Un nouvel édifice, qui passe pour être le plus beau de tous ceux qui, dans le monde entier, ont une destination analogue, vient d'être achevé après avoir coûté plus de six millions de dollars. L'administration de la bibliothèque est confiée à un bibliothécaire, nommé par le comité de la bibliothèque du Sénat et de la Chambre des Représentants.

IV

Si nous avons atteint le but que nous nous proposions en écrivant cet article, le lecteur des pages précédentes doit avoir une idée très exacte de la sphère dans laquelle s'exerce l'activité gouvernementale des Etats-Unis, ainsi que des organes au moyen desquels elle s'exerce. Et maintenant, en considérant l'ensemble du système administratif, les défauts résultant de la manière dont ce système s'est développé nous apparaissent clairement. Les vues systématiques n'ont pas présidé à la répartition des différentes fonctions entre les divers départements. Des services qui, par nature, appartiennent à un département se trouvent placés dans un autre. Les termes, bureau, division et office sont employés presque indifféremment les uns pour les autres. C'est pourquoi, avant de clore cet article, il convient de dire quelques mots au sujet de plusieurs des principaux projets qui sont actuellement considérés comme introduisant un groupement plus méthodique des services administratifs.

Le défaut le plus évident du système actuel est dans l'absence d'un département spécial chargé des intérêts commerciaux et industriels du pays et, comme conséquence, dans la surcharge excessive que ces fonctions apportent au département du trésor. Le département financier de ce gouvernement devrait s'occuper exclusivement de l'administration des affaires financières de la nation. Il ne devrait être qu'un corps fiscal pur et simple. La première grande réforme administrative qui devrait précéder toutes les autres consisterait donc dans la création d'un neuvième département ayant à sa tête un fonctionnaire de Cabinet, département que l'on nommerait département du commerce et de l'industrie. Un projet de loi (bill) dans ce sens est présentement soumis au Congrès

et il arrive avec le ferme appui des chambres de commerce et des associations manufacturières établies sur toute la surface des Etats-Unis. Ce projet de loi propose de transférer au nouveau département tous les bureaux relatifs au commerce et à la navigation dépendant actuellement du département du trésor, tels que le bureau de navigation, le bureau d'inspection des vaisseaux à vapeur, le service des hôpitaux de la marine, le conseil des phares, le bureau d'immigration, le service de sauvetage, le bureau des études côtières et géodésiques et le bureau de statistique. A ce département sera aussi tranféré le bureau du commerce extérieur du département des affaires étrangères et le département du travail, aujourd'hui indépendant.

Il est à peine nécessaire de signaler les avantages qui résulteraient de l'adoption de ce projet. Non seulement les services ainsi transférés seraient mieux dirigés eu égard à leur but général qui est de veiller aux intérêts commerciaux du pays, mais, pour les autres départements et, en particulier pour celui du trésor, il leur serait avantageux d'être allégés d'une fonction dont ils sont chargés sans raison.

Il est impossible, en ce moment, de dire quelles sont, pour ce projet de réorganisation, les chances d'adoption immédiate. Des événements récents à la suite desquels les Etats-Unis sont devenus tout à coup possesseurs de colonies importantes rendent absolument indispensables la création à bref délai d'un département des affaires coloniales. Il est plus que probable que lorsque viendra le moment de créer un tel département, cette création se combinera avec le projet de loi que nous avons mentionné plus haut et qu'il sera formé un département du commerce, de l'industrie et des colonies.

Pour l'observateur étranger il semble aussi, sans doute, qu'il y ait nécessité urgente à créer un département des travaux publics. Certes, il est à désirer qu'il soit introduit quelque amélioration dans les méthodes actuellement suivies en matière de constructions publiques, mais la réforme doit plutôt porter sur le Congrès que sur l'administration. Le grand défaut du système actuel réside tout entier dans le fait que bien souvent le Congrès, contrairement aux ingénieurs militaires qui ont examiné le sujet, autorise des travaux qui ne devraient jamais être

entrepris. Cependant, lorsque les travaux ont été autorisés, le Département de la Guerre a, en général, un pouvoir de contrôle très suffisant. Si ce droit de contrôle avait été donné aux civils sous le système des « dépouilles politiques, » auquel nous avons fait allusion précédemment et qui a prévalu jusqu'à ces derniers temps, on peut être certain que des scan. dales se rattachant à l'exécution des travaux auraient égalé le mal qui a souvent accompagné leur autorisation dans le Congrès. Jusqu'à ce que les Etats-Unis seront prêts à organiser un corps permanent d'ingénieurs, un corps dont l'entrée ne dépendra en aucune façon des affiliations politiques ou de la faveur personnelle, mais sera uniquement déterminée par les capacités et aptitudes des candidats, il est préférable que les travaux publics continuent à être, comme ils ont été jusqu'ici, exécutés sous la direction du corps militaire du Génie.

Une deuxième réforme très utile consisterait à grouper dans un système plus logique et plus harmonieux les æuvres scientifiques accomplies par le gouvernement au moyen d'une multitude de bureaux et de départements. Il n'y a pas dans le monde entier un gouvernement qui ait autant fait pour les études scientifiques que celui des Etats-Unis. Et, bien qu'à l'origine le Gouvernement eut uniquement pour but de se procurer des informations pour son propre usage, cette æuvre s'est si bien développée, que la plus grande partie est accomplie dans le seul but de contribuer aux progrès des connaissances humaines. L'isolement dans lequel se trouvent les bureaux, non seulement est cause que la fonction de certains d'entre eux fait souvent double emploi, mais aussi que chacun d'eux est privé des avantages qu'il pourrait retirer des études et de l'outillage des autres services. A titre d'exemple, on peut citer le fait qu'il y a cinq bureaux ou même un plus grand nombre qui dressent des cartes des Etats-Unis : le Bureau des Etudes Géologiques, dans un but scientifique; le Bureau du Domaine (Land Office) en vue de la location des terres publiques; le Département des Postes, en vue de déterminer les voies et les stations postales. L'ouvre du Bureau des Etudes Géologiques et des Etudes Côtières et Geodésiques se complique d'un certain nombre d'euvres particulières et l'œuvre du Bureau de Navigation qui appartient au Département du Tré

« EelmineJätka »