Voyage autour du monde: Partie historique, avec un atlas ... Tr. du russe sur le manuscrit original, sous les yeux de l'auteur, par ... F. Boyé

Front Cover
Typ. de Firmin Didot frères, 1835
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 149 - Vanse du Naufrage. Tout l'équipage se sauva à terre. A peu de temps de là , le navire le Timor, appartenant au même armateur que le Williams, vint mouiller dans le port de Lloyd , et tout le monde partit sur ce bâtiment pour les Indes orientales , à l'exception de Wittrien et de Petersen , qui consentirent à rester pour sauver ce qu'on pourrait du baleinier naufragé, le capitaine du Timor leur ayant promis de venir les reprendre l'année suivante. Soutenus par cette espérance, nos deux ermites...
Page 55 - Cela passerait chez nous pour un vain compliment; mais dans la bouche de ce qu'on appelle un sauvage, ces mots étaient l'expression d'un cœur véritablement bon. L'annonce de mon départ fit naître dans l'île une confusion générale; tous s'empressaient de mettre à profit, autant que possible , le peu de temps que nous avions à rester; ils apportaient tous des poules, des coqs, que chacun avait; ils demandaient des clous , des couteaux , etc. , et je m'en retournai avec une assez bonne provision...
Page 76 - ... deux peuples, et prouvent une même origine. La moitié des nombres fondamentaux du système décimal sont pareils. Il est peut-être plus difficile, après cela, d'expliquer la différence qui existe entre les deux langues, dans certains nombres, dans les noms des étoiles, des époques du jour, du soleil, de la lune, de l'homme, de la femme, de presque toutes les parties du corps , etc. AVIS ATIX NAVIGATEURS.
Page 53 - Dans son séjour dans ces îles et surtout à Lougounor, Liitke sut mériter la bienveillance des habitants. La veille de son départ de Lougounor , il parcourut cette île , accompagné de son ami Peseng. Dans sa partie nord-est, ils rencontrèrent au milieu d'un bois épais un mur en pierre de deux pieds de hauteur, formant un cercle d'environ sept pas de diamètre, avec une ouverture d'un côté; tout le sol dans l'intérieur était jonché de feuilles de cocotier. Ce mur s'appelle Séfaiou ,...
Page 28 - Il s'accoutuma à nous par la suite, mais il ne se défit point de son artificieuse méchanceté ; et lorsqu'il voyait quelqu'un qui lui était étranger, il cherchait à se glisser derrière lui et à le mordre aux jambes. Il n'aboyait jamais , mais il hurlait quelquefois. Au port de Lloyd...
Page 56 - Ils apportaient tous des poules, des coqs, ce que chacun avait; ils demandaient des clous, des couteaux, etc.; et je m'en retournai avec une assez bonne provision de toutes sortes de petits objets. Par un semblable calcul, j'invitai, à mon tour, Selen et Peseng à venir coucher à bord , désirant profiter encore de leur société. Entre autres renseignements, j'appris d'eux les noms qu'ils donnent ici à plusieurs principales étoiles. Ils passèrent une grande partie de la nuit à causer...
Page 61 - ... pas impossible que le soin de leur sûreté ne fût le motif qui les portait à les renfermer. Ils nous demandaient souvent des cadeaux pour leurs femmes et pour leurs enfants ; et s'ils recevaient de nous quelques douceurs, comme du sucre, des biscuits, etc., ils les cachaient ordinairement dans leur ceinture pour les leur porter.
Page 340 - Cette langue paraît être assez riche; du moins nous ne trouvâmes pas un seul objet qui n'eût son nom particulier. Elle a des déclinaisons et des conjugaisons. Kouof, qui signifie mer, fait Kouofo au vocatif : le soleil est allé dans la mer, Fouon Kouofo; sorti de la mer, out une Kouof. A la maison à Lual : Fuïnmezo Lualo. La particule me, à la fin d'un mot, signifie de : d'Ualan , Ualanme ; de Lella, Lellaemme; de la maison , Fuïnmezame.
Page 20 - Paghenema, mais sans pouvoir décider s'ils y ont un domicile fixe ou s'ils y viennent seulement pour un temps. Dans tous les cas , le nombre en est très-borné. Les maisons sont entièrement différentes de celles d'Ualan; elles n'ont pas, comme celles-ci, le toit élevé aux extrémités, et elles ressemblent plutôt aux huttes des habitants des îles Carolines basses. Les Pouynipètes diffèrent d'une manière frappante tant des Ualanais que des Carotins...
Page 62 - Ils ont le visage plat, le nez aplati par le haut et relevé par le bout, les lèvres épaisses, les dents unies et saines, les yeux grands, noirs, saillants, quelquefois animés, mais la plupart sans expression. La barbe chez quelques-uns est passablement longue, mais rare ; leurs cheveux noirs, longs et épais, un peu crépus, sont rassemblés quelquefois en paquets sur la nuque et attachés avec la fronde. Ils enfoncent dans ce chignon un peigne à trois dents, sur le haut...

Bibliographic information