Page images
PDF
EPUB

Enfin le troisième supplément, dont les deux volumes forment les quatrième et cinquième des suppléments entiers, c'est le Cérémonial diplomatique. Cet ouvrage (qui se vend aussi séparément) est d'un genre très-différent des précédents, et même le plan en a été altéré par M. Rousset. Du Montavait entendu donner sous ce titre un recueil de diplomes relatifs au cérémonial, et dans ce sens il pouvait être le pendant ou la seconde partie du Corps diplomatique; mais Rousset a donné une narration fort ample (quoique en partie fort utile) du cérémonial domestique et étranger de chacune des diverses puissances de l'Europe, dans laquelle il a fait entrer les diplômes que lui fournissait le manuscrit de M. du Mont, et sans doute encore d'autres.

Ces huit volumes de M. du Mont et cinq volumes de suppléments, donc treize volumes, dont chacun a deux, plusieurs trois parties, forment proprement le Corps diplomatique. Mais on comprend encore ordinairement sous le nom d'une édition complète du Corps diplomatique, deux autres ouvrages qui y sont liés par le titre et en certain sens par leur teneur, savoir :

Histoire des traités de paix et autres négociations du XVIIe siècle, jusqu'à la paix de Nimègue; ouvrage qui peut servir d'introduction au Corps diplomatique ou recueil des traités de paix. A Amsterdam , chez J. F. Bernard, et à la Haye, chez les frères Vaillant et Prevost (1725), t. I, II, fol. Cet ouvrage trèsestimable, où, en séparant les diverses relations, on donne l'histoire et souvent l’abrégé des traités du XVIIe siècle qui ont eu lieu dans chacune de ces relations, mais principalement dans celles de la France avec d'autres puissances, est terminé par une ample histoire des traités de paix de Westphalie; on y trouve allégués nombre de traités qui manquent dans le Corps diplomatique. Il a été composé par M. Jean-Yves de Saint-Prest, et Camusat a tiré le manuscrit de la bibliothèque du maréchal d'Estrées pour le donner à imprimer*.

Négociations secrètes touchant la paix de Munster et dOsnabruck, ou Recueil général des préliminaires, instructions, lettres, mémoires, etc., concernant ces négociations, 'depuis leur commencement en 1642 jusqu'à leur conclusion en 1648, avec les dépêches de M. de Vautorte, au sujet du même traité, jusqu'en

son recueil de mémoires, une autre enfin dans son Supplement au Corps diplomatique, et peut-être une quatrième fois dans le Mercure historique et politique de la Haye , dont il a soigné pendant quelques années la rédaction,

1 LE LONG, Bibliothèque historique, tom. III, p. 3, édition de 1772.

1645 inclusivement : le tout tiré des manuscrits les plus authentiques. Ouvrage absolument nécessaire à tous ceux qui se pourvoiront du Corps diplomatique ou grand recueil des traités de paix, etc. T. I-IV. A la Haye, chez Jean Neaulme (1725, 1726), in-folio?.

Pendant qu'on préparaii au public cette riche collection, on vit paraître en Allemagne un recueil qui, bien qu'il n'embrasse qu’un assez court espace de temps, a été beaucoup estimé chez nous et méritait de l'être. Il a pour titre :

Ruhe des jetzt lebenden Europa, dargestellet in Sammlung der neuesten Europaïschen Friedensschlüsse von dem Utrechtischen bis auf dieses 1726ste Jahr. Coburg., t. I (1726), II (1727), in-4o.

L'auteur de cet ouvrage, Jean-Jacques Zincken, conseiller de cour de Saxe, ne s'est nommé que sur le titre du second volume. Cette collection ne renferme point de traités jusqu'alors inconnus au public; mais elle est recommandable par l'exactitude de l'impression, et elle a eu beaucoup de vogue, surtout auprès de ceux qui étaient intéressés à trouver une bonne traduction allemande à côté du texte original.

C'est encore pendant la rédaction du Corps diplomatique que les. Mémoires du xynie siècle de M. Lamberty commencèrent à paraître. Les premiers volumes ont été publiés (1727), et furent tellement goûtés par le public, que, lorsqu'en 1731, le dixième parut, il fallait réimprimer le premier; le onzième n'a été donné qu'en 1734, et le dix-neuvième et dernier en 1740. Cet ouvrage n'embrasse proprement que l'époque depuis 1701 jusqu'en 1718, quoique au dixième volume on ait ajouté quelques traités jusqu'à l'an 1731.

A cette même époque commença le Recueil historique d'actes, négociations et traités, depuis la paix d'Utrecht jusqu'au second congrès de Cambray, par M. Rousset. Les quatre premiers volumes furent publiés à la Haye (1728), in-8°. L'ouvrage ayant été continué ensuite jusqu'à la paix d'Aix-la-Chapelle, le vingt et unième volume, qui renferme les tables (ou le vingt-deuxième, si l'on considère l'appendice au volume dix-huit comme un volume séparé et le vingt-troisième pour ceux qui comptent les deux parties du treizième volume pour deux volumes), parut (1755), quelques années avant la mort du rédacteur survenue (1762). Co recueil, quoique moins vaste que celui de M. Lamberty, est, comme celui-ci, un recueil d'actes publics liés par une narration historique, et jusqu'à ce jour ces deux ouvrages n'ont cessé d'être fort utiles. On peut reprocher seulement à M. Rousset que, s'écartant de son plan vers la fin de l'ouvrage, il a rempli des volumes entiers de déductions et autres actes uniquement relatifs aux affaires internes de l'Allemagne, qui n'auraient dû y être touchés que légèrement.

1 Une partie des mémoires que renferme ce recueil, savoir : les mémoires de l'année 1646 (qu'on tronve dans le troisième volume) avaient déjà paru sous le titre : Mémoires et négociations secrètes de la cour de France touchant la paix de Munster. A Amsterdam, 1710, t. I-IV, in-8°; par M. C. (et donné au public par Jean Aymond).

Une collection aussi vaste et aussi dispendieuse que l'était le Corps diplomatique ne pouvait pas être à la portée de tous les acheteurs; elle devait suggérer assez naturellement l'idée de former des recueils manuels, propres à satisfaire aux besoins particuliers du genre de lecteurs auxquels on les destinait principalement.

C'est ainsi que pendant le temps même où le Corps diplomatique de du Mont fut imprimé, Jean-Jacques Schmauss, alors conseiller du margrave de Bade-Dourlach , ensuite professeur à Gottingue, publia un tel recueil manuel sous le titre :

Corpus juris gentium academicum, enthaltend die vornehmsten Grundgesetze, Friend-und-Commercicn-Tractate, Bündesse und andere Pacta der Königreiche, republiquen und Staaten von Europa, welche seither zweyen Seculis bis auf den gegemvartigen Congress zu Soisson errichtet worden. A Leipzick, chez F. F. Gleditschens fils (1730), t. I, II, in-8°.

Cet excellent petit recueil ne renferme pas seulement les actes

diplômes depuis le xvie siècle en occupent la majeure partie. Plusieurs des anciens traités y sont donnés par extrait, mais de sorte que les articles importants s'y trouvent en entier et les autres supprimés; c'est la seule méthode dont les extraits d'un traité peuvent servir même à ceux qui travaillent sur ces objets. Presque tous les traités plus récents sont donnés en entier, mais la plupart sans les ratifications et pleins pouvoirs; et tandis que les caractères sont fort serrés et les volumes assez gros, ce recueil renferme quatre cent dix-huit diplômes, entre lesquels il y a une multitude de traités; de plus , quoique le rédacteur ait profité de ce qui avait paru du Corps diplomatique, on y trouve un bon nombre de traités qui manquent chez du Mont, et qu'en partie Rousset même n'a pas fourni dans ses suppléments. Toutefois les lois fondamentales que Schmauss a jugé à propos de combiner avec les traités occupent nombre de feuilles; par contre, les traités de l'Empire avec les puissances étrangères y manquent, vu qu'il a inséré ceux-ci dans son Corpus juris publici academicum, ou recueil des lois constitutives de l'Empire germanique.

On y a conservé la langue originale des traités, en y ajoutant quelquefois des traductions allemandes. Bien que le rédacteur n'ait pas allégué ses sources, elles ont été bonnes pour le plus grand nombre des documents. On peut lui reprocher de n'avoir pas toujours gardé la juste proportion qui convenait à un tel manuel, en insérant quelques traités trop particuliers pour y entrer, surtout une multitude de traités des cantons suisses, mais dont quelques-uns alors n'étaient pas encore imprimés. Il est plus aisé de faire de tels reproches que de les éviter.

A mon avis, ce recueil , dans lequel on reconnaît, non le simple compilateur, mais la main d'un des meilleurs publicistes de son temps, aurait mérité un accueil plus général qu'il n'a eu; il paraît être peu connu chez l'étranger, et en Allemagne même le lent débit de cet ouvrage semble avoir dégoûté les libraires d'une seconde édition, quoique la première soit épuisée depuis plusieurs années et ne se vende guère qu'à l'encan. Je crois qu'aucun ministre n'aurait regret de s'être procuré un livre dont l'usage est si commode et dont le transport est si facile; deux avantages qu'il a sur le Corps universel diplomatique.

Deux ans après, savoir (1732), on vit paraître en Angleterre un manuel, qu'on allègue ordinairement sous le titre abrégé : Treaties (1732); il est en certain sens semblable à celui dont je viens de parler, mais cependant essentiellement différent, en ce que 1° les traités n'y sont pas donnés en langue originale, mais tous seulement en anglais; 2° les traités de la Grande-Bretagne en forment la plus grande partie; 3° qu'à très-peu de pièces près , qui n'auraient pas du tout dû y entrer, on n'a point donné d'actes relatifs aux affaires internes; mais qu'aussi , 4° le choix des traités et les extraits donnés de plusieurs d'entre eux me paraissent avoir été faits avec beaucoup moins de discernement que dans l'ouvrage de Schmauss; au reste , il renferme un traité qui manque dans le Corps diplomatique, savoir : le traité de 1664, entre Charles II et le duc de Courlande, mais c'est aussi, je crois, le seul.

Le premier volume de ce recueil parut, ainsi qu'il a déjà été dit plus haut, sous le titre : A general collection of treaties, declarations of war, manifestos and other public papers relating to peace and war among the potentates of Europa from 1648 to the present time. London, 1710, in-8°. Le second, publié peu après (probablement 1713), a pour titre : A general collection, etc., from the year 1495 to the year 1712. Il fut réimprimé (1732), et alors le rédacteur y ajouta un troisième ? volume, renfermant les actes depuis 1642 jusqu'à la fin du règne de la reine Anne, et un quatrième renfermant ceux depuis cette

traités et autres actes publics contenus dans les quatre volumes, d'autant plus nécessaire, que l'ordre chronologique a été souvent altéré dans les premiers volumes.

Cette collection a pu être fort utile en Angleterre, et peut l'être encore à ceux qui ne possèdent que la langue anglaise; mais ceux qui sont versés dans d'autres langues auraient lieu de lui préférer le Codex juris gentium de M. Schmauss, supposé qu'ils n'aient pas en main la grande collection ou le Corps diplomatique de M. du Mont.

J'ignore le nom du rédacteur; dans la dédicace du troisième volume à Sir Robert Walpole, il se signe S. W. Je ne sais pas non plus si les premiers volumes sont du même rédacteur, et quel est l'auteur de l'Histoire abrégée de la perfide rupture de traités solennels par le roi français, qui sert d'introduction au premier volume, et d'une autre introduction historique qui se trouve à la tête du troisième volume.

Outre les deux recueils généraux manuels de traités, il en a paru encore deux autres, mais d'un prix bien inférieur ; l'un en Pologne renfermant l'extrait des principaux traités depuis 1648 jusqu'en 1763, sous le titre suivant :

Traktaty miedzy mocarswami Europeyskiemi od roku 1648 Zaszle do roku 1763 Podlug lat porzadku z przylaczona potrzebney historyi wiadomoscia opisane. A Varsovie, 1774, t. I-III , in-8°.

La majeure partie de ce recueil consiste en extraits polonais de traités; quelques-uns s'y trouvent en entier; de ce nombre

1 Cette description ne concorde pas exactement avec celle qu'en a donnée Chalmers dans la préface au premier volume de son recueil, d'après lequel le

toute la déférence que j'ai pour cet auteur anglais, j'ai cru devoir donner la notice telle qu'elle résulte de l'exemplaire que j'ai devant moi. Dans celui-ci, le premier volume est de 1710; le second, de 1732, est seul inscrit seconde édition; les troisième et quatrième volumes, de 1732, ont une préface et une dédicace commune.

« EelmineJätka »