Page images
PDF
EPUB

Pour ce qui est des relations personnelles des souverains entre eux, du cérémonial étranger et de la préséance, nous en avons fait l'objet de sections particulières.

Viennent ensuite les droits que les puissances n'ont à faire valoir que dans des circonstances données, et qui ont une origine spéciale, c'est-à-dire les droits conditionnels : ce sont, dans la paix, le droit de propriété d'état; le droit des traités ; le droit des négociations : et, dans le cas de lésion directe ou indirecte, le droit de la guerre, comprenant les voies de fait par la rétorsion, par les représailles et les hostilités proprement dites, moyens de force qui terminent les différends ou en vertu du droit, ou à l'amiable, ce qui constitue le droit de la paix; et enfin le droit de neutralité.

Les objets du troisième livre sont la propriété de l'État, les moyens de l'acquérir, les distinctions de territoire, les frontières ou limites, les accessions ; les servitudes; l'aliénation, etc.; l'océan, la liberté des mers, le cérémonial maritime.

Le quatrième livre comprend, dans une première division, les traités publics et les conventions; leurs différentes espèces, leur rédaction, les moyens d'en assurer l'exécution et la manière de les interpréter; et, dans une seconde section, les transactions par écrit entre les puissances; des considérations générales sur le style diplomatique et les divers genres d’écrits politiques, tels que les actes publics, les mémoires et les lettres.

Tout ce qui se rapporte au droit des négociations et des ambassades est renfermé dans le cinquième livre : les différents ordres de ministres, leurs droits, leurs priviléges et immunités, leurs fonctions, leurjuridiction; le cérémonial d'ambassade; les instructions; les lettres de créance, les discours d'audience, les dépêches, le chiffre, etc.

Le sixième livre contient le droit de la guerre, ses causes, sa déclaration, les différents genres d'hostilités, les lois de la guerre, les prisonniers, les opérations militaires, les siéges, les blocus, les armements en course; la manière de traiter avec l'ennemi; les conquêtes, et enfin tout ce qui sur ces points divers est relatif aux puissances alliées.

Dans le septième livre, qui renferme le droit de neutralité, on trouve l'analyse des discussions sur la question, si souvent controversée, du commerce maritime des neutres; les visites et les recherches ; le jugement des prises.

Enfin le huitième livre contient le droit de la paix, les différentes manières de la négocier, les congrès, les traités préliminaires, les traités définitifs, leur rédaction, etc.

Dans tout le cours de l'ouvrage, nous nous sommes particulièrement attaché à faire marcher de front la partie positive de la science et la doctrine ; nous avons rapporté les solutions notables données par les auteurs les plus estimés, et nous avons cité les exemples et les faits historiques les plus mémorables. Enfin une dernière partie est formée par des documents d'un grand intérêt. Parmi ces pièces, on distinguera d'abord un excellent Essai touchant l'art denégocier, envisagé sous le point de vue philosophique et pratique; puis deux Instructions destinées, l'une à servir de guide à des surnuméraires, l'autre à diriger un jeune diplomate dans les recherches qu'il doit faire pour étudier un pays sous les rapports de l'état moral, social et politique. On trouvera ensuite, dans les Conseils d'un ambassadeur à son fils, un enseignement où l'esprit et la raison , les détails piquants et les aperçus ingénieux abondent au

milieu des avis les plus sages et les plus utiles. Enfin l'ouvrage est terminé par un complément qui méritait une attention particulière. C'est une collection d'exemples des principales compositions diplomatiques, contenant, pour la plupart, le développement d'un point de droit ou de politique. Nous nous sommes appliqué à choisir les écrits dont la rédaction nous a paru la plus claire et la plus précise, et qui , offrant à l'oeil le moins exercé toutes les formalités réunies, pouvaient aider la mémoire à se les rappeler sans effort.

Si maintenant nous voulons ressaisir l'ensemble du plan qui vient d'être tracé, nous arrivons à établir qu'en l'adoptant pour base d'un cours des sciences diplomatiques, et en donnant à chacune de ses . principales divisions toute l'extension que comporte l'enseignement oral, les exercices devront comprendre :

1° Les Prolégomènes, c'est-à-dire une introduction historique, où la science est considérée dans son objet , dans sa source, dans ses rapports et dans ses progrès ;

2° Le Droit naturel, ou la théorie des droits et des devoirs de l'homme, en tant qu'ils sont fondés les uns sur les autres, et dérivent de sa nature seule, antérieurement à toute convention formelle; ce droit sera surtout étudié dans l'ordre des rapports sociaux, et développé dans les principes de toutes les branches de la législation positive;

3" La Théorie des gouvernements, ou exposition de leur origine, de leurs formes et de leurs moyens; .

4° Les principes généraux de l'économie politique, ou analyse des lois d'après lesquelles les richesses sont créées, réparties et consommées ;

5° Le Tableau historique, géographique et statis

tique de toutes les puissances; le résumé de leur droit public, et l'exposition de leurs intérêts généraux respectifs;

6° Le Système complet du Droit international positif, avec des développements historiques, et un examen approfondi des grandes questions de l'équilibre, du crédit, des alliances, du droit d'intervention, de la liberté des mers, etc.;

7° L'histoire de tous les principaux traités de paix, d'alliance, de commerce, et l'analyse critique de ceux de ces actes qui font époque, avec l'esquisse de la situation de l'Europe lors de leur conclusion;

Enfin, des exercices de traduction et de composition sur les différents genres d’écrits politiques ; dissertations sur des points de Droit; extraits et comparaisons de traités ; exposés de motifs et de conduite; rapports, mémoires , offices et notes; correspondance entre les cours et leurs ministres, etc.

Tels sont en effet, ce nous semble, les éléments des connaissances générales que doivent préalablement acquérir les jeunes gens qui se destinent à la carrière diplomatique; lorsqu'ils seront ainsi guidés par les lumières de la théorie, ils pourront facilement ensuite achever leur noviciat par un travail qui n'est plus du ressort de l'enseignement, et qui constitue véritablement le premier degré d'initiation aux affaires; nous voulons parler de l'étude dans les Archives du ministère , des correspondances, des transactions politiques et de tous les autres documents que le chef de cette direction jugera nécessaire de leur confier.

Quant à l'utilité plus généralisée du système d'études que nous présentons, nous ajouterons qu'il est encore d'une importance manifeste pour tout homme appelé à prendre part un jour aux affaires de l'État, soit dans les conseils, soit dans une sphère élevée de

101

l'administration, ou bien lorsque, législateur, il devra traiter, à la tribune, des questions se rattachant aux relations extérieures; et le champ de ces questions est aussi vaste que digne d'intérêt, car tout ce qui est capable d'assurer la paix ou d'amener la guerre est du ressort de la diplomatie.

« EelmineJätka »